AFP : " Revoir nos liens avec l'Arabie saoudite serait "une faute majeure"


DIPLOMATIE-ASSEMBLÉE-PARTIS-LESRÉPUBLICAINS-ARABIE-INDUSTRIE
O. Dassault (LR): revoir nos liens avec l'Arabie saoudite serait "une faute majeure"
03/12/2015 14:53:13 GMT+01:00

#404688 DVBP 1871 FZH05 (4) AFP (285)

 

PARIS, 3 déc 2015 (AFP) - Le député Les Républicains Olivier Dassault a jugé jeudi qu'une révision des liens diplomatiques avec l'Arabie Saoudite, "pays ami", comme l'ont réclamé certains après les attentats de Paris, serait une "faute majeure" dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

"Une posture frontale d'opposition à nos partenaires saoudiens mettrait à mal toute possibilité de dialogue avec ce royaume et constituerait une faute majeure (...) Ce serait participer à la déstabilisation du monde dans une zone sous haute tension", a plaidé dans un communiqué M. Dassault, président du groupe d'amitié France-Arabie saoudite et membre de la commission des Finances.

"Le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud est un ami de la France. Depuis 2014, son royaume a classé l'EI et le Front al-Nosra dans les organisations terroristes (...) L'Arabie Saoudite n'a aucun d'intérêt à voir Daech amplifier son pouvoir de nuisance ni agrandir son territoire. Sinon, l'unité même du royaume serait en danger", argumente encore le député de l'Oise, par ailleurs président du conseil de surveillance du groupe d'aéronautique et d'armement Marcel Dassault.

"Il convient donc, plus que jamais, de renforcer notre dialogue avec ce pays afin d'éradiquer ensemble la menace terroriste", conclut-il.

Des voix se font régulièrement entendre à gauche, à droite ou à l'extrême droite pour réclamer un réexamen des relations diplomatiques avec Ryad, allié de la France et l'un des plus gros acheteurs d'armement français, soit au nom des droits de l'Homme, soit au nom d'une complaisance supposée envers l'organisation Etat islamique.

Si l'Arabie saoudite combat officiellement le groupe EI et s'est jointe en 2014 à la campagne aérienne conduite par Washington en Syrie, de riches donateurs du Golfe ont contribué à la montée en puissance du groupe jihadiste, estiment certains experts.

far/ic/frd/phc