Olivier Dassault interpelle le Gouvernement sur l'intégration des jeunes en entreprise

M. Olivier Dassault. Monsieur le Premier ministre, ma question concerne l'insertion des jeunes en entreprise. Souvenez-vous : « Ma priorité, c'est la jeunesse ! », affirmait avec fougue le candidat François Hollande. Que sont devenues ces belles promesses ? Des lendemains qui déchantent ! Chaque année, 150 000 élèves quittent l'école sans le moindre diplôme, et un jeune sur quatre est au chômage. C'est trois fois plus qu'en Allemagne. Parce qu'ils ne veulent plus vivre dans un pays qui condamne la réussite, qui stigmatise le succès, qui bride les talents, 80 % des étudiants de nos grandes écoles envisagent de tenter leur chance à l'étranger.

Pour leur redonner confiance en l'avenir, monsieur le Premier ministre, n'ayez pas peur ! N'ayez pas peur de changer de logiciel : misez sur l'entreprise, et non plus sur l'État, pour vaincre le chômage des jeunes. Misez, par exemple, pour valoriser la diversité des talents, sur l'apprentissage, sur cette intelligence de la main qui garantit un emploi rapide à l'issue de la formation. Vous êtes responsable de la baisse d'attractivité de cette filière, qui est la conséquence de vos choix politiques, car vous avez décidé de diminuer de 550 millions d'euros les aides à ces formations au profit des emplois d'avenir, qui n'ont d' « avenir » que le nom ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Il faut bousculer les préjugés, il faut construire des ponts entre l'école et le monde de l'entreprise, plutôt qu'ériger des barricades ! Le groupe « Génération entreprise – Entrepreneurs associés », que j'anime aux côtés de 135 parlementaires, le rappellera demain au cours de notre colloque à l'Assemblée nationale.

Monsieur le Premier ministre, plus qu'une question, c'est un appel : que comptez-vous faire concrètement pour faciliter l'insertion des jeunes dans les entreprises ?