Petit-déjeuner GEEA sur AirBnb

Petit déjeuner GEEA autour d'Emmanuel Marill, directeur général de AirBnb France
sur le Thème:

"Tourisme et territoires en France"

 

En présence d'Olivier Dassault, Jean-Michel Fourgous, Yves Censi, Guillaume Chevrollier, Jean-Michel Couve, David Douillet, Daniel Fasquelle, Marie-Louise Fort, Yves Foulon, Claude de Ganay, Bernard Gérard, Arlette Grosskost, Alain Houpert, Valérie Lacroute, Isabelle Le Callennec, Véronique Louwagie, Frédéric Reiss, François Rochebloine, Fernand Siré, Claude Sturni, Pascal Thévenot, Arnaud Viala

En présence d'Olivier Dassault, Jean-Michel Fourgous, Yves Censi, Guillaume Chevrollier, Jean-Michel Couve, David Douillet, Daniel Fasquelle, Marie-Louise Fort, Yves Foulon, Claude de Ganay, Bernard Gérard, Arlette Grosskost, Alain Houpert, Valérie Lacroute, Isabelle Le Callennec, Véronique Louwagie, Frédéric Reiss, François Rochebloine, Fernand Siré, Claude Sturni, Pascal Thévenot, Arnaud Viala

L’implantation d’Airbnb dans le paysage Français n’a évidemment échappé ni aux élus, ni au Gouvernement et surtout pas à Bercy !

Les parlementaires étaient très nombreux au petit déjeuner organisé par le Président Olivier Dassault pour évoquer avec Emmanuel Marill, l’évolution de cette plateforme dans les régions Françaises, qui met en relation les volontaires au voyage et les hébergeurs de la planète.

 

Mais comment expliquer le succès d’Airbnb ?

Pour certains, cette économie est une solution durable, un amortisseur social, vers une sortie de crise, quand d’autres crient à la concurrence déloyale.
D’après Emmanuel Marill, tout le monde est gagnant : les touristes peuvent vivre comme chez l’habitant et se créer des souvenirs, les hôtes bénéficient un revenu complémentaire et les commerces de proximité jouissent de l’impact lié à l’augmentation du nombre de touristes.

Pour la France, deuxième destination au monde après les Etats-Unis, 350 000 logements sont enregistrés sur la plateforme et comptabilise 80% de ces derniers en dehors de Paris. Cette tendance va crescendo : aujourd’hui, Airbnb est présent dans pratiquement 1 commune sur 2 et l’entreprise souhaite participer à la revitalisation et à l’aménagement des territoires.

Les villes y trouvent leur compte. Pour l’instant Airbnb a commencé son expérimentation de la collecte de la taxe de séjour dans 20 villes et l’assumera dans l’ensemble des villes et villages de France à partir du deuxième trimestre 2017. A titre d’exemple, en seulement, un an, rien qu’à Paris, 5,5 millions d’euros de taxe de séjour ont été collectés.

 

D’après Emmanuel Marill, l’hospitalité est au cœur du développement touristique de demain, comme la sécurité des sites. Actuellement, le tourisme représente 7,4% du PIB. Airbnb souhaite créer de la valeur ajoutée dans les zones encore trop faiblement exploitées : « On pourrait en faire bénéficier des centaines de plages, de musées, des milliers de villages qui ne reçoivent pas la visite de touristes étrangers ».

 

Les élus ont beaucoup échangé sur la concurrence,jugée déloyale pour certains, avec l’hôtellerie. La réponse du patron d’Airbnb est limpide : « il n’existe pas d’étude qui démontre qu’Airbnb soit à l’origine de la fermeture d’un hôtel.

Dans certains segments et même quartiers, l’impact d’Airbnb est évident sur l’hôtellerie, mais à une époque récente où le flux de voyageurs ne cessait de croître en France, tout le monde s’y retrouvait. Aujourd’hui, suite aux drames le gâteau est stable et met à l’aune de nos réflexions ce sujet de concurrence.

Je pense qu’il faut garder la tête froide. Des frictions n’auront aucun intérêt à partir du moment où nous sommes à la recherche de flux internationaux ».