Proposition de loi visant à faciliter l’embauche d’apprentis par l’acquisition de nouvelles compétences et la mobilité internationale

La possibilité de faire son apprentissage à l’étranger est d’ores et déjà inscrite dans la réglementation des centres de formation d’apprentis comme le dispose l’article L. 6231-1 8° du code du travail : « [Les centres de formation d’apprentis] encouragent la mobilité internationale des apprentis ».

Malheureusement, seules 2 % des entreprises acceptent de laisser leurs apprentis partir se former à l’étranger. Ce chiffre peut notamment s’expliquer par le fait que les entreprises ne sont pas suffisamment encouragées ni aidées pour permettre à leurs apprentis de partir à l’étranger.

Face à un besoin constant d’adaptation des entreprises au marché tant à l’échelle locale que nationale et internationale, les échanges d’apprentis permettent de tisser des liens forts entre les entreprises françaises et étrangères. Au-delà de la coopération économique que ces liens peuvent permettre de développer, ces échanges sont autant d’opportunités pour conquérir de nouveaux marchés.