Question n° 43783

Rubrique > santé

Tête d'analyse > diabète

Analyse > lutte et prévention

M. Olivier Dassault attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur l'action publique qui accompagne la lutte contre le diabète. Le diabète est une maladie chronique et silencieuse dont les conséquences ne sont pas suffisamment connues par le public. Il concerne 4,6 % de la population française et plus de 400 nouveaux cas apparaissent chaque jour. Responsable de 30 000 décès par an, elle est la première cause de cécité avant 65 ans, deuxième cause de maladies cardiovasculaires et première cause d'amputation hors accidents. Une mobilisation nationale est nécessaire pour porter les dangers du diabète à la connaissance des Français. Il souhaite savoir ce que le Gouvernement compte mettre en place à ce sujet.

La progression du surpoids et surtout de l'obésité, le manque d'activité physique et le vieillissement de la population, sont autant de facteurs invoqués pour la progression préoccupante de la prévalence du diabète de type 2. La France n'échappe pas à la progression de l'épidémie mondiale de « diabésité ». Cette maladie en France est marquée par de fortes inégalités sociales et territoriales, ce qui la rend emblématique des enjeux et des objectifs de la stratégie nationale de santé. De nombreuses actions de prévention du diabète ont été développées pour promouvoir l'accès généralisé à une alimentation satisfaisante pour la santé et la pratique d'une activité physique régulière. La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes a souhaité aller encore plus loin dans le domaine de la prévention, tant dans le volet nutrition que dans le volet « bouger » : une mesure d'amélioration de l'information nutritionnelle et une autre prévoyant la prescription d'activités physiques par le médecin pour ses patients en affection de longue durée ont été inscrites dans le projet de loi de modernisation de notre système de santé en cours de discussion parlementaire. Les associations de patients et la société francophone du diabète sont des partenaires constamment associés à l'élaboration de ces politiques. Le ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes soutient également directement les actions de la fédération française des diabétiques dans son rôle de formation et d'encadrement de patients experts, contribuant à promouvoir la parole et l'expertise de patients diabétiques. L'action de sensibilisation sur les risques du diabète, « semaine de prévention du diabète » portée par la fédération française des diabétiques, bénéficie par ailleurs du soutien du ministère chargé de la santé.